La blockchain est désormais partout. Mais s’il est un secteur qui accuse un certain retard en la matière, c’est bien celui de la santé. Pourtant, ce ne sont pas les opportunités qui manquent, comme nous allons tenter de vous le démontrer dans la suite !

Santé : un secteur « en mal de blockchain »

Nous vous le disions, la santé est le secteur le moins avancé en matière de technologie Blockchain. La question qui se pose est pourquoi. La raison tient en un mot : la régulation. En effet, le stockage des données personnelles dans le secteur de la santé est soumis à une régulation drastique, ce qui pose plusieurs contraintes à l’application de la technologie Blockchain. Cela dit, Serge Lobreau, spécialiste et grand passionné de la Blockchain, pense que plusieurs applications en développement peuvent dès aujourd’hui être appliquées à certains usages spécifiques.

Cela concerne notamment la gestion des dossiers des patients. Actuellement, lorsqu’il est en traitement, le patient est obligé de partager les informations avec chaque acteur du système. A ce niveau, la technologie Blockchain permet de gagner en efficacité, en rendant le dossier du patient entièrement digital, et partageable (avec son accord) avec les acteurs de son choix. L’autre avantage est que le dossier pourra à chaque être mis à jour en temps réel par les différents professionnels de la santé qui interviennent dans le traitement du patient. Ainsi, le patient n’aura plus besoin de partager ses informations à chaque visite, et les professionnels de santé pourront travailler sur une même plateforme, ce qui réduit les risques liés à l’interopérabilité des différents systèmes. L’autre avantage concerne cette fois les pharmaciens et les compagnies pharmaceutiques. En effet, ceux-ci pourront mieux optimiser leurs stocks en temps réel et anticiper les besoins dès qu’une prescription est créée.