Nombreuses sont les questions brûlantes et qui font l’objet de débats animés à l’ère du digital. Notons parmi elles celles portant sur la communication des études notariales, la réforme digitale, la forme de publicité et les actes authentiques. Ces différentes problématiques sont au cœur de l’actualité de la profession notariale. Frédéric Ducourau vous dit tout dans cet article !

Une transformation digitale qui s’impose

La crise sanitaire n’a pas cessé de bouleverser les pratiques professionnelles. Un changement profond a été souligné de la part des études de notaires dans les habitudes des clients. Ceux-ci ont désormais une plus grande appétence pour les outils digitaux, ce qui exige une transformation pour travailler différemment et gagner en productivité. Il va sans dire que le digital offre désormais plusieurs opportunités, mais à défaut d’un encadrement permanent et d’un cadre précis, on assiste souvent à des comportements sur le web qui ne correspondent pas au statut de notaire.

La profession notariale fait donc de son mieux afin de s’adapter à ce nouveau contexte, entraîné avec la transformation de l’économie, l’ouverture de la concurrence et l’accélération des processus. Les professionnels qui ne s’activent pas pour réinventer le modèle actuel, auront des difficultés à maintenir leur équilibre financier.

Les réseaux sociaux changent toute la donne

La période du confinement a marqué une phase d’accélération considérable dans la profession notariale. Un changement majeur est à noter dans la manière de travailler, d’aborder les clients et de collaborer avec les confrères. Le digital change la donne pour la pratique notariale et nous exige une remise en cause cruciale des fondamentaux ! Parmi les questions qui prennent le devant : comment peut-on concevoir un acte authentique dans une société numérique ?

La société numérique impose certaines pratiques et méthodes différentes liées au développement rapide des réseaux sociaux. En effet, le déploiement des réseaux sociaux nécessite pour les notaires d’être présents puis actifs sur ces plateformes digitales, afin de les animer et de conquérir de nouveaux prospects. Enfin, les réseaux sociaux ont un apport relatif au développement du networking.

La déontologie et le marketing notarial

Les notaires se trouvent à l’heure des réseaux sociaux face à une situation qui impose de concilier le respect de la déontologie du métier et le marketing notarial. Dans un premier temps, le sujet s’annonce contradictoire. Il est à noter que le marketing est difficilement conciliable avec le principe de rigueur exigé d’un notaire. C’est une discipline qui s’est imposée d’elle-même au métier du notaire dans des circonstances liées au confinement de 2020 et qui va continuer de faire son chemin.

Le notariat français fait partie des grands précurseurs dans ce sens. Le pays a ainsi instauré le marketing notarial dans les parcours de formation dispensés à l’Université internationale française, organisés chaque année au profit d’un grand nombre de notaires dans le monde entier.

Il faut ajouter que le notariat de type latin traverse depuis quelques années déjà, des moments difficiles, en raison de la concurrence acharnée et exercée par certaines professions concurrentes, ou encore du traitement dont la profession fait l’objet de la part d’institutions internationales et étatiques, qui réduisent les notaires à de simples prestataires de service juridique.